Salon de Paris 2002

MIPS
Les nouveautés prises en main
 
 

Le stand Nikon...photographié à l'aide du nouveau flash SB80

Salon de Paris...ou MIPS, du 14 au 18 mars. Pas de nouveautés très marquantes depuis la PMA, mais Pictchallenge a pu prendre en main certaines de ces nouveautés les plus impressionnantes.

Cour de coeur, à  tout seigneur, tout honneur, sorti de sa réserve, le CONTAX N Digital, premier 24 x 36 numérique de l'histoire. Pas encore opérationnel, mais déjà une très belle ergonomie et un prix annoncé inférieur à 8000 euros boitier nu. Ici présenté avec le nouveau Vario Sonnar 17-35 de 2.8, à moteur ultrason (comme un Canon ou un Nikon Pro)...il promet la photo au vrai grand angle en numérique, dès cet été.

Le nouveau Vario-Sonnar
 

Pourquoi les optiques sont-elles si grosses ? Réponse du stand Contax: elles ont été toutes recalculées - y compris le Planar 1.4 de 85, nouveauté - pour le capteur qui ne réagit pas comme un film, d'où l'embonpoint ("Le trajet des rayons vers les lentilles n'est pas le même que pour l'ancienne gamme Contax") ! D'ailleurs en longues focales, l'utilisation des optiques du 645 Contax est très conseillée ("Un N Digital, pour un pro équipé de 645, c'est un dos numérique moins cher que le dos pour Contax...et un outil de reportage au grand angle").  Finition et ergonomies remarquables...pas encore possible de faire des photos avec, hélas !

Le bouton blanc, c'est une innovation remarquable: un ajustement de blance de blanc immédiate en cours de prise de vue...Les commandes de vitesses sont fidèles à la philosophie Contax. Mais on observe que ce boitier sera un ton en dessous des concurrents Nikon et Canon pour les photos de sport: cadence à 3 images seconde seulement, mais vitesse maxi à 1/8000 ème de seconde quand même !
 



 
 


Chez Nikon, choix retro....ou avant garde ?






Après le rêve du 24 x 36 numérique intégral , le must plus vraisemblable à court  terme des Nikonistes experts: on pouvait toucher le D100 et faire des photos avec...pas les emporter pour les mettre en ligne dans nos tests, hélas, mais ça ne saurait tarder !
 

Le "sample" que j'ai utilisé était équipé du 14 mm AFD de 2.8 (équivalent 21 mm en 24 x 36)et était opérationnel. Look plus "edge design" que le F80, mais même base mécanique. Vitesse de 3 images seconde, 5 capteurs et quadrillage du viseur, aussi réactif et silencieux que le petit frère argentique. Compact et léger, mais la tenue en main sera meilleure avec la poignée, qui pourra recevoir accus ou ...piles de secours. Pourquoi un must: parce qu'il semble qu'il serait vraiment livrable à la fin du printemps, au prix de 3000 euros TTC !
 
 

J'ai essayé le nouveau flash SB80Dx sur mon D1, très bons résultats, avec une interface très conviviale. Par contre, pas encore de 70-200 AFS VR à tester...il n'était pas en démonstration !

Quelle optique sur ce D100 ? Le nouveau 24-85 semble taillé pour lui...mais le prix du 14 AFD semble très élevé pour un tel boitier à utilisation "amateur fortuné"...

J'ai profité de mon passage chez Sigma pour faire quelques vues tests sur mon D1 avec le 15-30 EX (équivalent 22-45 24x 36, soit un grand angle de reportage tout à fait agréable)...le manque de piqué sur les bords signalé par les revues photo n'est pas du tout gênant pour cette utilisation. Notons cependant qu'avec le reflex Sigma, il deviendra un 26-50...
 

Test Sigma 15-30, pleine ouverture, position 15 mm sur Nikon D1 (equivalent 22 mm)
 

Test Sigma position 30 mm (équivalent 45) sur Nikon D1


Si avec le recul le choix -critiqué- de Sigma de sortir certaines optiques "digital" avec des limitations de piqué sur les bords aux grandes ouvertures, apparaît très interessant pour ls possesseurs de reflexs numériques Nikon ou Canon, le boitier SD9 largement annoncé sur le stand reste invisible...et intouchable ! Suspense question performances et prix ! Sigma diffusait en effet une fiche annonçant des performances "révolutionnaires"...Wait and see...
 
 



 
 


Imprimante Canon S9000, un rendu photo au top






Canon progresse encore dans le numérique avec ses imprimantes...qui seront à la hauteur pour exploiter les fichiers issus des SLR numériques. Deux offres, le D60 avec un capteur à coefficient de grandissement de 1.6, et le pro Eos1D avec un coefficient de 1.3.
 

Le nouveau D60

Le D60 est annoncé au prix de 3350 euros. Il garde le look du D30 et son autofocus a été amélioré. Mais le rêve des canonistes, c'est ...l'Eos1D, déjà livré depuis la fin 2001, mais encore largement méconnu dans les points de vente.
 
 

Entre mes mains, l'EOS1D, en arrière plan un D60 fonctionnel


Présenté par canon, le très beau look du boitier pro.
La pastille blanche est un capteur de balance des blancs

J'ai pu shooter un carte compact flash à 8 images seconde (sur 21 images), avec le magnifique 16-35 USM de 2.8...analyse des images prochainement dans Pictchallenge !
La confiance règne, et c'est très bien !
Très belle construction, AF à la hauteur de celui du Eos1v, et un coefficient de correction intermédiaire entre le Contax et le Nikon, soit x 1.3 (le 16-35 équivaut à un 21-45 de 2.8).
 
 


 



 
 








Très bon accueil au stand Leica pour prendre en main les nouveautés: le M7 ne surprend pas, qualité de construction superlative, mais le viseur me semble encore plus clair et contrasté que celui du M6...qui avait déjà le meilleur viseur télémétrique du marché ! Confirmation par le vendeur, le viseur a été revu avec un traitement multicouche et un système d'affichage (vraiment très lisible) de la vitesse sélectionnée.

La mesure équivaut presque à un spot, et instinctivement on recadre en gardant une légère pression sur le déclencheur. Bruit de ...M4 (?)un poil plus feutré que le M6, peut-être. La grande fierté de Leica : avoir casé toute cette électronique sans changer le look inimitable de la série.
Grand succès assuré chez les Leicaistes, à mon avis !


 

Autre succès, même si le look est un peu plus tourmenté, le Digilux. Le viseur optique est très correct, un ton au dessus de celui de beaucoup de compacts numériques. L'écran arrière est immense, et peut-être protégé avec un capuchon repliable.

Le maniement est instinctif, la quelité d'image promet beaucoup (au vu des tirages présentés sur le stand), mais je trouve que l'aspect retro aurait été prolongé par un chromage plus mat...et un noir moins lisse, plus grainé...
 

On n'est pas dans la même cour que les M, mais ce Digilux est une alternative très sérieuse aux Minilux et autres comptacts zooms de luxe de la marque. N'oubliez pas de demander le catalogue...les catalogues Leica sont les plus beaux, vraiment !

Enfin la gamme R n'est pas oubliée, notamment grâce au nouveau zoom asphérique 21-35.
 
 

Le R8 a également pleine allure avec son 19 mm !







Konica joue un ton en dessous avec l'Hexar, même si techniquement ce dernier semble supérieur au M7. J'ai essayé le Limited, le viseur est un peu occulté par le magnifique et encombrant 1.2 ! Le bruit reste très discret, mais quand on vient d'essayer le M7 quelques minutes auparavant, le viseur semble moins bon. Par contre, dans la catégorie tirage numérique, les nouvelles machines minilab Konica qui tirent les fichiers en numérique en 30 x 45 donnent des résultats éclatants ! Déjà en service sur quelques points de vente sur Paris...
 
 


 
 

Texte et photos JMS Nikon D1, 24 mm AF
 

retour à l'index actualités
 
 
 

retour à l'index général
 

copyright www.pictchallenge.com
 
 


le livre de JMS et des correspondants PICTCHALLENGE