Chronique Livres

_____________________________________________________

Toujours maîtriser le format RAW !
 






On trouve d’innombrables versions de « guides Photoshop » et, finalement, peu de livres dédiés aux autres logiciels destinés aux photographes. Et notamment aux logiciels qui ne participent pas de la lecture «infographiste» voire «graphiste» et qui seraient destinés prioritairement à des photographes qui n’ont ni l’envie ni la vocation de devenir des «nerds» en informatique, mais qui veulent retrouver rapidement des reflexes photographiques pour corriger leurs images. Qui ne changent pas les éléments du décor dans une image, qui ne font pas de montage d'éléments divers, qui se concentrent surtout sur les opérations que l'on faisait en laboratoire du temps de l'argentique.

Cette lacune est enfin comblée par Volker GILBERT, photographe de talent et vulgarisateur hors pair, qui dans «Développer ses fichiers RAW» aux édtions Eyrolles  , part enfin des besoins du photographe et notamment de la nécessité de comprendre l'ergonomie des logiciels qui procurent le plus haut niveau de qualité possible en numérique.

Cette qualité ne peut en effet s'obtenir qu'en partant des données brutes enregistrées par l’appareil au format RAW (un format pour chaque marque voire pour chaque modèle !) et des informations de réglages nécessaires pour optimiser la transformation de ces données en images.

Comme les formats de fichiers RAW sont très nombreux, la tâche n’était pas facile et Volker s’en sort avec brio : jamais auparavant un livre n’avait présenté et comparé – de façon précise mais parfois critique – les spécificités de produits tels qu’Adobe camera raw, Bibble,  Capture One, Digital Photo Professional Canon, DXO Optics Pro, Nikon Capture, Raw Shooter et jusqu’à UFRaw… Cette présentation est faite à la fois « verticalement » (par produit) et « horizontalement », c'est-à-dire par grande fonction de correction photo au cours du développement des RAW, illustré par les possibilités et particularités de tel ou tel logiciel.

L'auteur nous entraîne dans les arcanes de l’amélioration de l’image avec un tel brio, avec tellement d'exemples, de trucs et de tours de main qu’une fois le livre refermé aucun photographe expert ne manquera de se poser la question… « Mais pourquoi est-ce que je fais encore du JPG ? »…
 
 

Changement de couleurs sous Canon DPP




Le livre donne en effet maintes procédures pour les manœuvres indispensables…balance de blanc, exposition, correction des couleurs, luminosité contraste…mais aussi pour les options souvent incontournables qui permettent de corriger distorsion et défauts optiques, de recadrer, réduire le bruit et redimensionner et accentuer en vue d’un tirage final. On ne négligera pas, dès lors, les explications sur les espaces couleurs, la calibration, et on appréciera les stratégies bien expliquées du traitement par batch.

Récupération de "blanc grillé" sous Adobe Camera Raw

On peut cependant regretter l’impasse faite sur quelques logiciels peu diffusés – Hyper utility pour Fuji S3…mais aussi S7 Raw gratuit pour le même appareil – ou encore trop nouveaux – Sylkipix, adopté récemment par Sony et Pentax (gros plébiscite !), mais il existe un joker : sur le site de Volker Gilbert on pourra charger des mises à jour du livre et des ad-onn, de même que l’on peut consulter les seuls essais comparatifs vraiment pointus et en langue française des dérawtiseurs.

Volker me permettra cependant, je l’espère…deux reproches amicaux :

- la section consacrée aux conseils de prises de vues est un peu courte, et de par son aspect assez synthétique, peut-être même imprudente à suivre trop vite par un débutant.

Page 120 on donne un exemple significatif d’amélioration d’une image par une surexposition de …2 diaphragmes, avec une marque d’appareil dont le logiciel fourni dans la boîte ne permet peut-être pas le rattrapage des « blancs grillés »...




Le débutant devra comprendre que pour récupérer des blancs grillés il faudra souvent passer par des réglages assez pointu, et je pense que l'on peut en effet...dans certaines conditions…mais absolument pas toutes les conditions…tenter cette manœuvre avec deux diaphs d'écart !

Je me permettrai malgré tout de continuer à conseiller d’exposer « borderline » (donc à droite de l’histo, comme dit justement Volker) mais en restant souvent plus mesuré que l’exemple donné par l’auteur…0.5 à 1 IL est une correction moins hard, même quand on possède le logiciel de «rattrapage». Les expériences les plus audacieuses peuvent être tempérées par l'utilisation du bracketing pour obtenir un panel de vues ce qui permet in fine de choisir la meilleure.

- le second reproche est plus lié aux conseils implicites qui sont prodigués au lecteurs : finalement, bien que l’ouvrage ne contienne pas de conclusion trop tranchée : l’outil le plus efficace, en tout cas celui qui semble « suggeré », pour lequel le plus d’excellents sets de réglage sont démontrés, serait Adobe Camera Raw. Mais il s’agit d’Adobe Camera Raw en version…CS2, pas la version démo…cratique, parce que certaines fonctions n’existent pas dans le plug in ACR quand on le monte sur Photoshop Elements. Or, un plug in…gratuit…pour un programme à 1.000 euros risque d’entraîner un investissement logiciel d’un coût assez supérieur au prix d’un kit reflex numérique !

On me dira que l’on peut acheter ce logiciel moins cher, grâce aux licences étudiant ou enseignant, et même que certaines personnes l’auraient « trouvé » sur le net. Mais je pense que les conseils auraient pu être un peu plus segmentés en tenant compte de la gamme de prix des logiciels : gratuits comme RSE ou DPP, premier prix efficace et universel comme Eléments à moins de 100 euros, dans la tranche de 100 à 200 euros comme Bibble ou Nikon capture, éventuellement complétés par un logiciel généraliste de moins de 100 euros (chose stupide, on se sert parfois du généraliste uniquement pour enlever les pétouilles, coller la signature et dessiner le cadre de tirage !) du style Photo Impact, Eléments ou Corel Paint Shop Pro…ce qui porte le budget autour de 300 euros, et budget pro avec Capture One full à 500 euros ou CS2 à 1.000.

Paradoxe, si on se paye CS2, on peut aussi rajouter 150 euros pour Capture NX et 100 pour Noise Ninja Pro…on n’est plus à çà près ! Les éléments de choix sont dans le livre, mais en ordre parfois un peu dispersé.
 
 

*

Finalement, je m'aperçois que ces quelques critiques sont en fait une puissante incitation à…tout lire de ce bel ouvrage de 340 pages, très richement illustré ! Si on se contente de le zapper, on restera dans « l'ordre Adobe », alors qu’en réalité le considérable travail de Volker Gilbert montre que si on renonce au CMJN et à ses pompes, on peut presque tout faire sans…Photoshop ! Mettez nous juste un tampon anti-poussière dans chaque dérawtiseur, et nous n'aurons presque plus besoin de logiciel graphique pour la photo "pure et dure" !
 
 
 

JMS - 23-07-2006

 
 

retour à l'index actualités
 

retour à l'index général
 

copyright www.pictchallenge.com
 
 


Nouveauté juillet 2006...par JMS


 
 
 

Toujours en vente...le livre de JMS
et des correspondants PICTCHALLENGE