Un 50 mm sinon...rien ! ?

Nikon D3 et Carl Zeiss ZF Planar 50 mm f/1.4

Carl Zeiss a commercialisé depuis plus d'un an une série d'optique fixes en monture Nikon Ai, et il était très tentant d'essayer le modèle le plus classique (le Planar f/1.4 50 mm qui a connu de multiples déclinaisons et formules depuis le célèbre Contarex des années 60, jusqu'au Contax de la fin du siècle dernier) avec un Nikon D3 pour juger de sa capacité à couvrir comme il convient le format 24 x 36 en numérique. L'optique est un classique 7 lentilles, sans verre spécial annoncé ni lentille asphérique, et on en arrive à se demander s'il tient le choc face à des formules très sophistiquées comme en développent aujourd'hui les meilleurs opticiens japonais...
Les mesures de mire DxO apportent une réponse rapide, quoique à nuancer à pleine ouverture, on le verra ci-dessous.

En format A3 (format natif du Nikon D3), hormis une petite faiblesse à pleine ouverture, l'objectif donne un piqué superlatif. Son image très contrastée lui permet d'obtenir une note "au plafond" entre f/2.8 et f/16, mais on est excellent à f/2 (sauf dans les angles) et bon à f/1.4 au centre.

Format A3

Cependant, on oubliera les angles qui ne suivent pas aux deux plus grandes ouvertures. En format A2 (pour noter le A2 il ne s'agit pas d'un calcul théorique, mais d'une réelle interpolation du fichier RAW sous Nikon Capture NX), le piqué est vraiment insuffisant pour un tirage A2 à pleine ouverture mais reste très bon au centre à f/2. Même si les notes sont moins impressionnantes qu'en A4, elles restent exceptionnelles sur tout le champ à partir de f/4. La diffraction ne se fait presque pas sentir à f/16.




Format A2

Cependant, alerté par des différences de comportement qui se traduisent par des notes indentiquement basses sur mires à f/1.4 pour plusieurs optiques réputées sur Nikon D3, j'ai essayé de voir la cause de cette perte de piqué. Les causes peuvent en effet être diverses pour une ...mauvaise...note identique. J'ai constaté sur certains objectifs que la baisse de piqué à pleine ouverture venait d'un envahissement de franges violettes, que d'autres présentaient un aspect nimbé sur les fins détails, et qu'enfin une troisième catégorie manquait vraiment de contraste, causant des traits noirs "amincis" mais précis. C'est justement le cas de ce Planar, et c'est le défaut le moins grave que l'on puisse noter à pleine ouverture car la finesse des détails est bien là, un post traitement permettra de remonter facilement la netteté. Ci dessous un test très sévère (à 1.600 ISO !) montre quel est le problème qui est finalement assez véniel...même si je continue à déconseiller le tirage A2 à f/1.4 !
 
 

Prise de vue à 1600 ISO à f/1.4 et f/2, ci dessous crop retourné pour être lisible. La finesse est bien là dès la pleine ouverture !
 
 




Les autres caractéristiques optiques du Planar sont flatteuses, même si la distorsion (0.55%) me semble un peu élevée pour un 50 mm classique. Le vignetage atteint 1 IL dans les angles à f/1.4 (ce qui n'arrange pas le piqué, bien entendu), mais descend à 0.5 IL à f/2 et seulement 0.1 IL à f/2.8. L'aberration chromatique reste très discrète, ne dépassant pas 0.6 pixel à f/1.4, pour descendre au niveau négligeable de 0.4 pixel à f/2 et 0.2 pixel à f/2.8...notons que l'AC ne devient gênante qu'au delà de 1,5 pixel environ !
 
 

Distorsion
Vignetage pleine ouverture
Aberration chromatique pleine ouverture

Globalement donc ce Planar a fait forte impression sur la mire...et est très agréable à l'usage, avec une gradation des ouvertures au demi diaph (le D3 n'affiche pas les demi valeurs mais en tient compte pour le calcul de la vitesse en priorité diaph) et une bague de mise au point très démultipliée et précise, quoiqu'un peu trop ferme quand l'optique est neuve...

C'est pour cette raison que j'ai essayé de lui faire subir un rodage avec la formule déjà essayée sur PICTCHALLENGE il y a près de 10 ans avec un Leica M...un voyage au "50 mm sinon rien" !
 


Le "50 mm...sinon rien" est un jeu photographique qui est parfois utilisé à but pédagogique dans les écoles de photo et qui consiste à essayer de faire "entrer dans le cadre" n'importe quel sujet comme au début du 24 x 36, quand rarrissimes étaient les optiques complémentaires qui équipaient les amateurs. Cela permet aussi de se faire une "radio nostalgie" quand on a soi-même débuté voici une...quarantaine d'années...avec cette seule focale, avant d'avoir les moyens de diversifier sa gamme optique pour faire face à tous les sujets. Il s'agit alors de bouger autour de la scène à photographier et de prendre un parti de présentation, ce qui est moins productif que le zoom mais fort intéressant quand on prend son temps. J'avoue avoir eu une réaction d'auto dérision en m'imposant cette épreuve, car depuis des années mon optique "d''île déserte" est le 35 mm, pas le 50 que je trouve un peu serré ! Alors j'en ai rajouté en cherchant le classique car j'ai configuré le D3 en mode noir et blanc. Sur 700 prises de vues d'un périple touristique je ne suis passé en couleur que pour 10% environ seulement des photos, dont vous trouverez quelques exemples car il fallait pour cet essai montrer absolument le rendu colorimétrique particulier du Planar...Le fait de shooter un maximum en noir et blanc incite à des constructions particulières dont on observera le classicisme certain...et on peut voir le résultat à l'écran. On garde cependant un droit de repentir quand on travaille en RAW, mais je n'en ai que peu usé.

Les vues noir et blanc on été traitées par lot sous DxO Optics Pro (avec un grain de Fuji Across 100 pour les futurs agrandissements), les vues couleur sont en mode standard et traitées par lot sous Nikon Capture NX. Il s'agit là de vues témoin, un peu comme une planche contact numérique, des agrandissements devraient être ajustés selon le papier utilisé, et pour la présentation web le grain argentique ne figure pas sur les images de 800 pixels de large, car il serait excessif...ci-dessous on peut juger de la différence de rendu entre le traitement DxO et le traitement NX sans grain !

Traitement DxO avec grain Fuji Acros 100


 

Traitement NX sans ajout de grain




Port Folio
 

Camargue




 
 

Ruines de Celles


 
 






 
 

Ruines de Celles



 
 



Barcelone - architecture Gaudi
 


 



 
 
 

 



 


 



 
 

 


 


 






Figueres - Ville et Musée Dali
 
 






 


Sommières le pont romain et les rues
 







 



 
 

retour à l'index général
 

copyright www.pictchallenge.com



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

toujours disponible le livre de JMS 
et des correspondants PICTCHALLENGE

"Tout photographier en numérique", ouvrage rédigé par Jean-Marie Sepulchre (JMS), créateur des sites "Pictchallenge", présente en une trentaine de chapitres sur près de 300 pages  et 800 photos tous les sujets courants explorés avec des appareils photographiques numériques...du compact au D2x ! De nombreux invités ou correspondants de Pictchallenge ont participé au projet en mettant en images leur sujet de prédilection. Des chapitres techniques présentent les bases du réglage et du post-traitement.Disponible dans toutes les librairies et sur les sites de vente en ligne (Fnac, Amazon, Alapage, Chapitre...)...ainsi que directement auprès de l'éditeur. Prix conseillé : 29 euros. 

cliquez sur l'image ! 

Chez le même éditeur, vous apprécierez aussi, à destination des débutants, "Apprendre à photographier en numérique" (12 euros) et "Photographier avec son téléphone" (9,90 euros).