Prise en main
 Nikon D2x
 






Le Nikon D2x est l'ultime "state of the art" de la marque pour un usage très large: en format d'origine de 12,4 millions de pixels : paysage, portrait, macro...mais aussi reportage rapide et sport grâce à sa formule de recadrage avec un facteur d'agrandissement au double de la focale d'origine et une définition proche de 7 millions de pixels, avec une cadence de 8 images seconde.

Le format natif du D2x est l'habituel recadrage x1,5 de tous les reflex numériques Nikon. Pour utiliser les optiques en plein format 24 x 36, il faut considérer les offres compatibles de Kodak et Horseman. Cependant, le constructeur japonais a fait le pari qu'avec de nouvelles optiques (la gamme DX) la qualité d'image du capteur de 12,4 millions de pixels serait très élevée. Pari tenu ?

Viseur avec les marques de cadrage "sport" (coeff. x 2)

Capteur CMOS de 12, 4 millions de pixels


L'ergonomie du D2x est très proche de celle du D2h.
Les petites touches sous les écrans activent des réglages
que l'on voit simultanèment dans le viseur: avec un peu d'habitude
on peut modifier la sensibilité sans quitter le sujet de l'oeil !


 

Le grand écran permet de lire facilement l'histogramme.
Ce dernier peut être de plus décomposé selon les couches de couleur.

La prise en main du boitier est sans surprises pour qui a déjà manipuler un appareil pro Nikon, que ce soit un F5 ou un F6...les commandes par touches et molettes sont aisées. Par contre le menu est très détaillé et offre des capacités de réglage fin très poussées: manuel d'utlisation et temps d'essai vivement conseillés !

Notre première prise en main a été asez basique: essai de l'appareil en JPG Fine en "réglages de base" et essai de piqué "briques" en RAW...plus quelques vues montrant des particularités de l'appareil. Les mesures DXO suivront dans une prochaine mise à jour !

JMS- 9 juin 2005



 
 

Réglages de netteté







La traditionnelle comparaison des "briques" de PIctchallenge a été effectuée par un temps ensoleillé avec un zoom 70-200 2.8 VR, à la focale de 70 mm et au diaph de 5,6. L'image complète, dont les extraits à 100% (crop) figurent ci-dessous, a été exposée au 1/1000ème de seconde à 100 iso.

Les réglages de base de l'image en JPG Fine étaient les suivants : netteté normale, contraste normal, saturation normale, profil II Adobe RVB. Les JPG obtenus à partir du fichier RAW pris simultanèment n'ont été modifiés qu'en ce qui concerne le paramètre de netteté, lors de la conversion avec le logiciel Nikon capture (version 4.2.1). A titre de comparaison, plusieurs de ces fichiers ont ensuite été traités par le simple filtre "plus net" d'Adobe Photoshop Elements 3.
 
 

JPG Fine, netteté :" normal" 
JPG Fine, netteté :" normal" + filtre "plus net" d'Adobe Photoshop
JPG d'après RAW, netteté  "aucune": 
JPG d'après RAW, netteté "faible"
JPG d'après RAW, netteté "moyen faible"
JPG d'après RAW, netteté "normale"
JPG d'après RAW, netteté "normale" + filtre "plus net" d'Adobe Photoshop
JPG d'après RAW, netteté "moyen élevée"
JPG d'après RAW, netteté : "élevée"
JPG d'après RAW, netteté : "élevée" + filtre "plus net" d'Adobe Photoshop

 

Comme avec tous les boitiers numériques Nikon, le RAW offre des possibilités étendues d'ajustement de la netteté. En JPG, j'ai conduit mes essais en netteté "normale", qui donne des clichés à mon sens un peu trop doux, proches du niveau "moyen faible" du RAW. Ce point a été assez discuté sur les forums internet, et on peut en avoir deux analyses complémentaires:

- les clichés natif en jPG, en grade de netteté "normale", pourront paraître manquer de piqué sur un iirage direct au format natif de l'appareil (A3). On verra ci-dessous qu'une application rapide du filtre basique "plus net" d'Adobe Photoshop leur donne du "tonus" de façon immédiate. Dès lors on pourrait penser que de prendre tous ses clichés en "netteté élevée" est une solution encore plus aisée;
- a contrario, des fichiers très doux, où les détails sont peu accentués, peuvent être plus faciles à post traiter, et notamment à interpoler pour obtenir des tirages de grande taille. On appliquera alors l'accentuation désirée au final, une fois que l'on aura préparé le fichier, d'autant que selon les supports (argentique, jet d'encre) et les réglages de la machine de tirage, une accentuation excessive dégraderait la qualité.

Nikon a fait le choix, sur ce boitier, de réglages par défaut peu accentués, ce qui permet de disposer de clichés d'une grande finesse, sans aucune marque visible d'accentuation en "crop" à 100% au grade "normal". Les marques qui apparaissent quand on applique le filtre "plus net" de Photoshop seront invisibles sur un tirage A3, car de taille très inférieure à la résolution de la machine de tirage. L'application de ce filtre de base sur un cliché RAW configuré en netteté "élevée" fait apparaître des marques qui resteront incisibles en A4, doneront du croustillant en A3 ou en tirage sur offset (car les traces seront plus petites que le pas de la trame) mais ne sont pas conseillées pour de plus grands tirages, où il faut accentuer après redimensionnement de l'image.

Cette philosophe est proche de celle de Canon sur les modèles professionnels EOS 1D et 1Ds Mark II, et procure des JPG avec un grand potentiel de post-traitement.

Un bon compromis pour la prise de vue rapide destinée au tirage immédait pourra être, selon les sujets, de pousser la netteté à "moyen élevé" ou "élevé", au risque dans ce dernier cas d'avoir des images plus délicates à interpoler. On aura directement un résultat proche de celui obtenu avec l'application du filtre Photoshop sur le réglage de netteté "normale".
 



 
 

Utilisation en  JPG Fine







La prise de vue ci-dessous, avec l'utilsation du zoom DX 12-24 mm, à la focale de 12 mm et à pleine ouverture, est un "juge de paix" sur la finesse du capteur, car il est hautement recommandé, à cette focale, d'utiliser l'optique à f 8 pour avoir le piqué maximum. Le D2x est ici essayé en conditions défavorables, ce qui permet de juger dans des conditions sévères de la finesse de son capteur. Ci-dessous, le centre de l'image a été agrandi à 100%, en fichier natif JPG puis après application (recommandée à la page précédente) du filtre "plus net" de Photoshop.
 
 

Fichier natif            Photoshop "plus net"

De nombreuses prises de vues ont ensuite été effectuées avec le zoom "de base" en reportage pour un tel boîteir, le DX 17-55 2.8. Pour chaque exemple, la même méthode a été employée : prise de vue en netteté "normale", et comparaison avec l'application du filtre "plus net de Photoshop.

Focale 55 mm, f 6,3.
 
 

Fichier natif


 
 

Photoshop "plus net"
 








Focale 34 mm, f 6,3.

Fichier natif

Photoshop "plus net"





Autre crop de la même image :

Fichier natif


 
 

Photoshop "plus net"









Ce type de réglage assez doux convient bien à ma pratique, qui consite à toujours dimensionner et accentuer l'image en fonction de son usage final: web, tirage jet d'encre, agrandissement, voire impression offset.
 
 



 
 

Utilisation en  JPG Fine
 
 
 


 

Ci-dessus, prise de vue au 17-55 mm, focale 17 mm à f 5.6.
Ci-desous, post traitement "d-ligthing" sous Nikon Capture 4.2.1 et filtre "plus ent" sur l'image au format web









En prise de vues de paysage à 100 ISO, et hors les cas d'éclairages brutaux où il sera préférable de post-traiter l'image pour réquilibrer les ombres et lumières, j'ai eu le sentiment que le D2x fournissait parfois des images trop claires, à la limite de la surexposition. Les vues qui suivent ont été exposées en appliquant une correction de -0.3 IL à la prise de vue avant d'obtenir des vues saturées, "style Ekta 100 S".

Zoom 17-55 DX, focale 23 mm, f 5.6
 

Fichier natif


 

Photoshop "plus net"
 







Focale 35 mm, f5, 6.

Fichier natif

Photoshop "plus net"










 
 

Focale 17 mm, f5, 6.
 
 

Fichier natif


 
 

Photoshop "plus net"








Utilisation en RAW
 
 
 


 

Ci-dessus, prise de vue au 17-55 mm, focale 26 mm à f 5.6.
Ci-dessous, prise de vue au 17-55 mm, focale 22 mm à f 5.6








L'utilisation du RAW est toujours conseillée en cas d'éclairage délicat, hormis le petit avantage en netteté "normale" par rapport aux fichiers JPG. Les vues ci-dessus, exposées avec à 0 IL de correction d'exposition en NEF compressé (fichiers de 12 Mo, environ) sont "borderline" en ce qui concerne les zones blanches, alors que j'aurais conseillé une correction d'exposiiton plus prudente en JPG.

Dans les rares cas où un risque de moiré se présenterait, le RAW permet également d'opérer une correction très efficace grâce au module dédié de Nikon capture 4.2.1
 
 

Prise de vue au 17-55 mm, focale 17 mm à f 5.6.

La scène ci-dessus, avec en fond d'image des "croisements" de persiennes et balcons, est suceptible de provoquer desm oirés dans certaines conditions de prise de vue, quelque soit l'appareil utilisé. Sur cette scène, j'ai fait "moirer" tous les boitiers déjà essayés par Pictchallenge, le défaut étant plus ou moins notable selon les appareils et les optiques. Le D2x est, de ce point de vue, très tolérant. Néanmoins, on verra ci-dessous une petite trace de moiré de couleurs en JPG, alors que le cliché RAW auquel a été appliqué le filtre correcteur de Nikon capture en est exempt.
 
 
Crop 100% prise de vue JPG
Crop 100% fichier NEF corrigé sous NC 4.2.1

J'ai utilisé le format RAW pour essayer la fonction "crop", donc une résolution de 6,8 MP et un recadrage au facteur x 2. Dans ce format, susceptible d'être plus interpolé pour atteindre de grands tirages (au delà de 30 x 45) le poids des fichiers est naturellement moins important et "doubler" en prise de vues en RAW + JPG Fine est moins une contrainte qu'en haute défintiion. Les exemples ci-dessous ont été photographiés avec le zoom VR 70-200 f 2.8, à 400 iso, à la focale de 200 mm (soit un cadrage équivalent à 400 mm en argentique) et au diaph de 5.6. Le réglage de netteté était positionné sur "normal" et le contraste sur "automatique".
 
 

Focale 200 mm, f5, 6.
 
 

Fichier natif  sauvegardé en JPG


 

Photoshop "plus net" sur le JPG issu de Nikon capture
 







Pour l'anecdote, j'ai cherché à agrandir le reflet blanc dans l'oeil de l'oie...d'où pouvait-il provenir ? Etait-ce un défaut, du "blooming" ? Il s'agit en fait du soleil perçant derrière des nuages, avec des arbres et en ombres chinoise, le photogaphe !
 
 










Focale 200 mm, f5, 6.

Fichier natif sauvegardé en JPG

Photoshop "plus net" sur le JPG issu de Nikon capture








Un agrandissement à 300% montre bien que le même soleil se reflète dans l'oeil du coq !
 
 









La finesse très élevée des RAW, qui supporte très aisèment une accentuation élevée, me laissait à penser que l'interpolation pour de grands formats serait très aisée avec ce format de fichier en pleine résolution de 12,4 MP. J'ai donc agrandi un fihicer de test "classique", c'est à dire une vue traditionnelle de "briques" prises en condition les moins favorable pour le piqué subjectif, c'est à dire par temps couvert.
 
 



Interpolation des RAW
 
 
 


 

Prise de vue au 70-200 mm VR, focale 70 mm à f 5.6, 100 iso, RAW.
 

Extrait du fichier, en format d'origine, soit tirage A3 à 254 dpi
Ci-dessous, après application du filtre "plus net" de Photoshop










Le fichier RAW dont la réduction figure ci-dessus a été interpolé grâce au réglage de redimensionnement de Nikon capture 4.2.1, dans tous les cas en sélectionnant le réglage de netteté "normal". L'extrait du fichier a ensuite été sauvegardé en TIFF, auquel a été appliqué le filtre "plus net" d'Adobe Photoshop Elements 3. Enfin les fichiers ont été convertis en JPG pour publication sur le site, ce qui induit naturellement une perte de qualité par rapport à un fichier de tirage (TIFF ou JPG très haute qualité).
 
 

Format 40 x 60 cm
 
 

Extrait du fichier, en format 40 x 60 cm à 254 dpi
Ci-dessous, après application du filtre "plus net" de Photoshop
 
 


 
 

Format 50 x 75 cm
 

Extrait du fichier, en format 50 x 75 cm à 254 dpi
Ci-dessous, après application du filtre "plus net" de Photoshop
 
 
 


 
 

Format 56 x 85 cm
 

Extrait du fichier, en format 56 x 85 cm à 254 dpi
Ci-dessous, après application du filtre "plus net" de Photoshop
 
 









Le format 56 x 85 cm à 254 dpi est le rapport le plus grand que l'on puisse obtenir sous Nikon capture à partir du RAW e base, il correspondra sans problème aucun à un tirage de format normalisé 60 x 90 cm sur machine grand format. Il faut considérer, en regardant les "crops" de ces pages, qu'un extrait de fichier de cette taille à 72 dpi correspond en fait à une image de 3 mètres de large que l'on contemple à une distance d'environ 30 centimètres sur écran !

On observe que l'image reste extrèmement fine, sans traces gênantes de contour d'accentuation.

J'ai tenté, à partir du même fichier de base, un redimensionnement direct pour un tirage potentiel de 1  x 1,50 m, à l'aide du module Adobe Camera RAW 3. Le fichier TIFF 8 bits résultant présente un poids de 430 Mo, et ne tient donc pas sur un CD de gravure en mode 16 bits (860 Mo) ! L'image ferait 5,3 m de large à 72 dpi. Un extrait du fichier a ensuite été accentué et enregistré en JPG par Adobe Photoshop Elements 3.
 
 


 
 

Extrait du fichier, en format 1 x 1,50 mètre à 254 dpi.
L'image correspond à un affichage de 5,30 mètres de large à 72 dpi.








On peut penser, en tout état de cause, que les logiciels spécialisés des tireuses grand format seront encore plus performants pour interpoler le fichier de base (converti en TIFF, par exemple) que les logiciels photographiques destinés aux amateurs. Cette expérience montre quand même la grande capacité des fichiers RAW à pouvoir être agrandis sans création d'artefacts gênants, et gardant un potentiel important d'accentuation en post traitement.

Comme pour l'usage en JPG, mon choix est de partir de fichiers assez "doux" pour aboutir à de grands agrandissements, sachant qu'un JPG de base donne des 30 x 45 d'une très haute finesse sur tireuse argentique. Le JPG supportera sans difficultés le 40 x 60 cm, à partir de 50 x 75 cm on aura une meilleure latitude d'ajustement précis à partir d'un fichier RAW.
 
 



REPRODUCTION INTERDITE - COPYRIGHT



 
 

retour à l'index test numérique
 

retour à l'index général
 

copyright www.pictchallenge.com



 
 
 
 

toujours disponible le livre de JMS 
et des correspondants PICTCHALLENGE

"Tout photographier en numérique", ouvrage rédigé par Jean-Marie Sepulchre (JMS), créateur des sites "Pictchallenge", présente en une trentaine de chapitres sur près de 300 pages  et 800 photos tous les sujets courants explorés avec des appareils photographiques numériques...du compact au D2x ! De nombreux invités ou correspondants de Pictchallenge ont participé au projet en mettant en images leur sujet de prédilection. Des chapitres techniques présentent les bases du réglage et du post-traitement.Disponible dans toutes les librairies et sur les sites de vente en ligne (Fnac, Amazon, Alapage, Chapitre...)...ainsi que directement auprès de l'éditeur. Prix conseillé : 29 euros. 

cliquez sur l'image ! 

Chez le même éditeur, vous apprécierez aussi, à destination des débutants, "Apprendre à photographier en numérique" (12 euros) et "Photographier avec son téléphone" (9,90 euros). 

 


 
Pour le prêt de matériel tous nos remerciements au magasin

La boutique Nikon 
 

191 rue de Courcelles 75017 PARIS
01 42 27 13 50