NUMERIQUE

Un Nikon D3 + 100 euros d'optique ?


 

Test étrange ...
 






Depuis la sortie du Nikon D3 la presse et les photographes ne tarissent pas d'éloge, et vous avez pu découvrir les samples haute sensibilité sur PICTCHALLENGE,  mais aussi l'essai des zooms "de base" 14-24 f/2.8 et 24-70 f/2.8 avec mon article sur le site Le Monde de la Photo Essai optiques sur Nikon D3.  Ces premiers tests ont été faits - comme tous ceux de ce site - avec une notation pour les A3+ (le fameux format d'exposition 30 x 45 cm), mais j'ai depuis poursuivi les tests en notant les écarts de qualité sur un critère encore plus sévère, en effectuant des Mesures de piqué en A2 sur Nikon D3.

Mon ambition est de mesurer sur mire DxO la quasi totalité des optiques Nikon compatibles avec ce numérique 24 × 36 , depuis les Ais (et des non Ai modifiés pour être compatibles) jusqu'aux derniers AFS, et depuis décembre un...certain nombre...sont déjà passés entre mes mains. Je suis en train, après m'être "rodé" sur des focales fixes, de passer en revue des zooms qui servaient en argentique, puisque la messe est dite pour les nouveaux zooms pros: exceptionnel 14-24, très bon 24-70, mais près de 4.000 euros pour les deux ! Il est donc utile de savoir si d'anciens zooms peuvent passer sur le D3.

En théorie, tout devrait passer...le pouvoir séparateur d'un capteur D3 (résolution optique) est de 59 paires de lignes au mm, alors qu'une bonne dia ou un film noir et blanc de reportage obtient un score d'environ 60 en contraste moyen...même si en réalité l'image troublée par le grain semblera moins détaillée qu'un fichier numérique. Mais enfin, il est intéressant de regarder ce que donne un objectif réputé en argentique sur le D3.

C'est ce que j'ai fait avec deux zooms des années 90, également réputés et tous les deux notés "4 étoiles" dans les célèbres - et incontestés - essais de la revue Chasseur d'images, qui étaient publiés dans des fiches à arcniver. En on va voir que dans les angles et bords de l'image, le numérique 24 × 36 est impitoyable, du fait de l'angle avec lequel les rayons lumineux attaquent le capteur....et qu'on peut avoir de très mauvaises surprises parfois.

Mais j'ai aussi poussé le vice jusqu'à me demander si, en possession d'un D3, on pourrait faire des photos correctes en ne dépendant quasiment rien pour les optiques, allez, pas plus de 100 euros et encore je suis généreux : il se trouve que j'ai dans un coin un "double kit" vendu jadis avec les entrées de gamme F50 : les 100% plastique (y compris la baïo) 35-80 AFD f/4-5.6 et 80-200 AFD f/4.5-5.6. Je précise que ces optiques m'appartiennent, qu'elles ont servi à la photo de famille légère autrefois, et que j'avais vérifié lors de la sortie du D50 (pour la rédaction de "Apprendre à photographier en numérique") qu'elles passaient sur ce petit capteur, avec des limites de piqué au dela de 135 mm pour le grand zoom.

D'où le titre un peu provocateur de cet article: si l'on ne peut mettre que 100 euros dans les optiques après l'achat du D3, que se passe-t-il...nous allons essayer de le voir sur mire...avant quelques essais audacieux sur le terrain !!!


Premier acte : les références...

...deux mesures seulement pour se faire une idée....

A 24 mm, on peut se souvenir que la référence absolue de mes premiers essais est le 14-24 mm AFS...piqué impérial, peu de vignetage et d'aberration chomatique...en bout de range alors que lors des débuts des zooms en argentique, 24 mm en début de range était considéré comme tout à fait intéressant.


 

A 50 mm, le nouveau zoom transtandart 24-70 est au mieux de sa forme, alors qu'à 24 il souffre un peu de vignetage à pleine ouverture et qu'à 70 mm les bords sont un peu en retard à pleine ouverture...mais à 50 mm on est dans le même ordre de mesure que celles d'un Micro Nikkor: on atteint le sommet des possibilités...du capteur.
 


 

Deuxième acte : les vieux experts...

J'ai mesuré deux optiques expertes très bien notées autrefois (4 étoiles Chasseur d'Images en qualité technique), le 24-50 mm f/3.3-4.5 AF (fiche CI de 1990) et le 35-70 f/2.8 AFD, un vrai pro ! Ces deux optiques m'appartiennent, et le 24-50 a longtemps servi en dias de paysage et photos de voyage, jusqu'à la sortie du 18-35 AFD, qui l'avait poussé à la retraite. Le 35-70 est un grand classique (fiche CI de 1993), je l'ai longtemps utilisé avant de choisir un 28-70 AFS, puis d'en racheter un d'occasion il y a un an...

On va voir que les mesures m'ont donné un choc...désagréable pour l'un, salutaire pour l'autre !
 


 

A 24 mm, le piqué est très bon au centre, mais il faut attendre f/5.6 pour que les bords "décollent", alors que les angles restent vraiment à la trâine...jusqu'à f/11. Si on reprend la fiche CI d'autrefois, on voit que le piqué était noté faible sur les bords à pleine ouverture, mais qu'à f/8 c'était très bon. C'est confirmé, mais à l'époque les fiches ne s'occupaient pas des angles de l'image, surtout qu'ils étaient souvent cachés...sous le cadre de la diapo ou le margeur de l'agrandisseur.
 

Très mauvaise surprise à 35 mm, alors que c'est la meilleure focale en argentique...il faut "visser" à f/5.6 pour récupérer quelque pique, et les angles ne sont bons qu'à f/8.   A oublier, hélas...
 


 

Par contre, nous chanterons "alléluïa" en l'honneur du 35-70 AFD, à la même focale. Faible dans les angles, mais très bon dans la même zone en fermant d'u cran, et excellent sur tout le champ entre f/5.6 et f/11.
 


 

A 50 mm le 24-50 confirme sa mauvaise (très mauvaise) forme à pleine ouverture, il n'était noté que "moyen" sur le test CI argentique, mais cela se redresse entre f/8 et f/11. Mais qui a besoin de shooter à ces ouvertures au 50 mm...?
 


 

Le zoom pro, lui, doit être fermer d'un cran pour être vraiment au top, mais il est déjà excellent au centre à pleine ouverture. Remarquable, pour une fort ancienne formule optique dans verre spéciaux....
 

A 70 mm, c'est un peu moins bon, et il faut fermer d'un diaph de plus (f/5.6) pour approcher l'excellence, qui est atteinte à f/8. La fiche CI argentique pouvait le laisser penser, puisque les bords étaient, il y a quinze ans, notés moyens à f/2.8 et seulement bons à f/4. Le numérique 24 × 36 semble avoir des effets multiplicateurs...
 

Troisième acte : plus un sou...

Toutes les économies ayant été englouties dans l'achat du D3, il ne reste que 100 euros pour trouver le range "standard" des seventies, de 35 à 200 mm. Les zooms plastique du F50 peuvent-ils faire l'affaire ?

Le 35-80 avait mérité...trois étoiles, dans l'essai CI de 1995, et le 80-200 deux seulement dans celui de 1996...
 


 

De façon surprenante, à 35 mm le zoom plastique est excellent au centre à toutes les ouvertures, mais tout le reste du champ reste en deçà avant f/11. Cependant, hormis les angles à pleine ouverture, rien n'est vraiment mauvais.
 


 

A 50 mm, le profil reste identique quoiqu'un peu dégradé...ce n'est pas très bon mais ce n'est pas mauvais non plus. Cette légère baisse de qualité était parfaitement mesuré dans le test argentique de CI autrefois !
 


 

Dégradation à 80 mm par rapport à 50 mm, là aussi c'est conforme à la fiche CI, mais quand on passe un seuil "inférieur" de qualité la mesure DxO devient impitoyable. C'était "moyen-faible" sur la fiche argentique à pleine ouverture, et c'est maintenant beaucoup plus tranché: cela reste très bon au centre, mais carrèment nul dans les angles. Il faut fermer à f/11 pour troucer de l'homogénéité.
 


 

Heureusement, si l'on a acquis pour une somme négligeable le vieux "double kit" le 80-200 prendra le relais à 80 mm, avec presque un diaph de mieux en luminosité et un piqué tout à fait honorable, nettement meilleur que ne le laissait présager la fiche CI ! En argentique, il était donné "bon" sur tout le champ à tous les diaphs...c'est conforme, en mieux !
 


 

La qualité reste bonne à 135 mm, avec cependant une surprenante dégringolade à f/16, mais même dès f/11 ce qui était la meilleure ouverture mesurée par CI en argenrtique. Mais cela restera utilisable...même si un antique 135 mm f/2.8 AIS...qui méritait quatre étoiles CI en 1990, obtient de ma part la même note sur D3 ! Comme on peut en trouver en bon état à moins de 100 euros, c'est sans doute un achat utile pour une utilisation économique...
 


 

A 200 mm par contre, plus grand chose à tirer du zoom économique  qui est "au bout du rouleau". Autrefois, il était noté "moyen" à cette focale à tous les diaphs, sur le D3 ce n'est plus pareil...curieusement cela reste bon à f/5.6 et f/8, mais cela s'effondre en fermant plus le diaphragme...
 


 

Quel choix très économique en zoom moyenne longue focale, alors...eh bien j'espère vous le dire...ultérieurement. Aujourd'hui 2 février, j'ai mesuré une quarantaine d'optiques en format A2...il en reste plus...du double...si on veut toutes les mesurer, en tenant compte de chaque focale significative des zooms experts qui vont maintenant "passer à la moulinette".
 
 
 

à suivre
REPRODUCTION INTERDITE - COPYRIGHT



 
 
 
 

Pour le prêt de matériel tous nos remerciements au magasin

La boutique Nikon 
 

191 rue de Courcelles 75017 PARIS
01 42 27 13 50



 
 
 



 
 

retour à l'index test numérique
 

retour à l'index général
 

copyright www.pictchallenge.com



 
 
 
 
 
 
 
 
 

toujours disponible le livre de JMS 
et des correspondants PICTCHALLENGE

"Tout photographier en numérique", ouvrage rédigé par Jean-Marie Sepulchre (JMS), créateur des sites "Pictchallenge", présente en une trentaine de chapitres sur près de 300 pages  et 800 photos tous les sujets courants explorés avec des appareils photographiques numériques...du compact au D2x ! De nombreux invités ou correspondants de Pictchallenge ont participé au projet en mettant en images leur sujet de prédilection. Des chapitres techniques présentent les bases du réglage et du post-traitement.Disponible dans toutes les librairies et sur les sites de vente en ligne (Fnac, Amazon, Alapage, Chapitre...)...ainsi que directement auprès de l'éditeur. Prix conseillé : 29 euros. 

cliquez sur l'image ! 

Chez le même éditeur, vous apprécierez aussi, à destination des débutants, "Apprendre à photographier en numérique" (12 euros) et "Photographier avec son téléphone" (9,90 euros).