NUMERIQUE
Logiciel DXO Optics Pro
version 3.55b



 






PICTCHALLENGE  avait eu l'occasion, en 2004, d'annoncer la sortie d'un produit révolutionnaire, le logiciel DXO Optics Pro  qui permettait de corriger automatiquement les défauts optiques des systèmes numériques: distorsion et vignetage des optiques, écart de piqué entre le centre et les bords, vignetage...etc. Deux ans après, le logiciel est devenu un système plus complet et puissant, sans jamais oublier sa smplicité d'origine quand on l'utilise en mode automatique. Mais le produit qui en est à sa version 3.5.5 b, permet aussi d'ouvrir et de corriger les RAW des principaux boîtiers Canon et Nikon et d'accéder à des corrections poussées.

Les fichiers d'origine peuvent donc être automatiquement ouverts, retraités - selon les modules d'optiques disponibles - pour corriger les défauts optiques, améliorés en ce qui concerne la récupération des hautes lumières, l'aberration chromatique et les franges colorées, l'équilibre entre les ombres et les lumières, le bruit numérique, l'accentuation...puis faire l'objet d'une nouvelle copie au format JPG, TIFF, ou DNG...alors que l'original restera toujours intact.

Alors qu'à l'origine le système était assez onéreux, car il fallait acquérir séparèment les modules des boîtiers et des optiques, il est livré "complet" depuis la version 3 : il existe un produit destiné à la correction des bridges (version "Starter"), un produit pour les reflex numériques ("Standard") et un pour les reflex professionnels ("Elite"). Mais le possesseur de la version Elite a accès à tous les modules des reflex amateur et aux bridges, et le possesseur de la verions standard peut aussi profiter des modules de bridge. De nouveaux modules de boitiers et d'optiques sont mis en ligne régulièrement...on peut cependant regretter que certains objectifs très réputés, encore utlisés par les pros et les experts, ne fassent pas encore l'objet de modules de correction.

Le logiciel a reçu, en avril 2006, la prestigieuse récompense du prix "TIPA", décerné par la presse photographique européenne. Un seul logiciel est primé chaque année...






Le principe du logiciel :
 

Pour bénéficier de la totalité des corrections qui sont possibles il faut avoir chargé sur son ordinateur - via une liaison internet - les modules correspondants à vos boitiers et optiques. La licence donne droit à tous les modules de la version du logiciel. Ainsi, pour un Canon Eos 30D ou un Nikon D200, il convient d'acquérir la version "standard"...pour un Eos 5D ou un Nikon D2x, il faut la version "Elite". Mais dans ce dernier cas, la licence permet aussi d'utiliser les fichiers du Nikon D50...ou d'un bridge Konica-Minolta.

Toutes les images peuvent être traitées simultanèment: si le module d'optique manque, et que le module du boiter existe, tous les traitement s pourront être effectués sauf les corrections d'optiques. Il faut quand même noter que le gros apport de DXO dans le monde des logiciels de correction d'image a été d'automatiser ces corrections optiques...l'intérêt du produit faiblit si ces modules ne sont pas disponibles.

Une liste des modules disponibles pour correction DXO est régulièrement tenue à jour sur le site du constructeur. Tout client peut signaler par mel la liste des optiques qui, à son sens, mériteraient un module DXO !  En ce qui me concerne, j'estime que la priorité, en ce qui concerne les corrections optiques, est aux zooms et aux grands angles. Cependant, j'ai constaté de sérieuses améliorations en piqué et en vignetage pour des optique fixes de haute luminostié !
 
 

Utilisation du logiciel :
 

Lors de la première utilisation, vous avez le choix entre trois modes: automatique, avancé ou expert. On peut bien entendu utlliser la fenêtre "assistant" et choisir son mode pour toute utilisation du logiciel ! Le mode automatique ne nécessite aucun réglage...mais à partir du mode expert on peut sélectionner un profil ("set par défaut") qui sera ensuite utlisé pour tous les traitements. En ce qui me concerne, j'active la récupération des blancs "grillés" en RAW mais j'utilise un éclaircissement des ombres légers, et j'ai enrtegistré ce profil pour tout usage automatique. Le mode avancé est presque indentique au mode expert, mais avec moins de commandes...j'en vois peu l'intérêt. Aussi, ci-dessous, ais-je détaillé les commandes du mode expert seulement !
 
 


 

En mode avancé ou expert on peut choisir l'emplacement des palettes de commandes. Ici j'ai choisi le mode flottant...
 
 






Une fois le logiciel configuré, il faut charger un lot d'image à corriger. La commande "ajouter des images" ouvre une palette flottante qui permet d'ouvrir un dossier et de sélectionner les images à corriger (ici, surlignées de bleu). On peut mélanger les JPG et les RAW, mais aussi les images issues d'appareils différents, si on en possède les modules.
 


 

Une fois le choix effectué, les images se retrouvent dans la fenêtre principale du logiciel. En haut à gauche, l'icône rouge sur deux images indique que le logiciel ne possède pas le module correspondant...seules les corrections de base pourront être effectuées, sans les corrections optiques.
 
 

En mode automatique, il suffit ensuite d'aller dans la commande "workflow" et de démarrer le traitement. Le mode par défaut de DXO m'a toujours semblé un petit peu trop "claquant", et on peut affecter aux images un set tout automatique élaboré sur une image, grâce au mode expert, ou un profil plus doux comme le "film naturel protrait" qui figure dans les preset par défaut.
 
 
 
 

Mais en mode expert, on peut cliquer sur chaque vignette pour mettre en mémoire les corrections qui s'écartent du profil automatique, ou ouvrir ne grand chaque image pour apppliquer des corrections très personnalisées. Lors du traitement par batch, chaque image sera traitée selon un "menu" particulier.

Avec un RAW, tous les commandes sont disponibles. Les options sont plus limitées en JPG. Ci-dessous, on commence par l'onglet "couleur et exposition" qui permet notamment - seulement pour les RAW  - d'affiner au mieux la balance des blancs et surtout de récupérer les hutes lumières grillées. Le grade "fort" permet, selon les fichiers, de récupérer environ 1 IL dans les blancs, ici le dos des bovins.
 


 

Cette correction de base peut-être affinée avec l'outil "courbes" et avec un contrôle supplémentaire de la teinte, de la luminosité et de la saturation. Chaque image peut avoir un profil particulier, le traitement se fera en bloc à la fin. Par contre, une image qui n'est pas "cochée" pour enregistrer son profil sera traitée par le profil automatique par défaut, même en mode expert.
 
 

Ci-dessous, le traitement optique est le coeur même du logiciel. Ici, avec ces vues prises avec un Nikon D50 et le zoom grand public de base (18-55 mm f/3.5-f/5.6) les corrections sont vraiment très utiles. On a le choix entre le traitement automatique ou une personnalisation...on peut laisser un petit peu de distorsion...pour garder un effet "grand angle" plus marqué, choisir la correction des aberrations chromatiques et des franges de couleur, du vignetage...en règle générale le système automatique fonctionne très bien, et je mofifie très rarement ces paramètres. A noter que ces corrections tiennent compte de la distance de prise de vues. Tous les appareils Nikon incluent cette information dans les Exif du ficheir, ce n'est pas le cas de certains modèles Canon: une fenêtre supplémentaire demande alors d'entrer une distance approximative...ici j'aurais choisi "2 mètres"...

La correction des franges et aberrations chromatiques est très puissante en mode automatique, à mon sens il faut toujours activer ce contrôle.





Le DXO Ligthing éclaircit les ombres mais le réglage "fort" me semble souvent trop fort...sauf quand on modle ensuite le point blanc et le point noir en mode expert. J'ai tendance à régler par défaut une intensité minimale de déboichage des ombres, sauf image très sombre !
 
 


 

La pré-visualisation des effets de la corretion permet de constater avant le lancement du batch les effets des réglages désirés.
 
 







L'onglet DXO Noise permet de régler avec finesse la réduction du bruit ; en mode automatique, il peut arriver que l'efft soit insuffisant, ou au contraire trop violent, entrâinant un trop grand lissage des détails. On aura tout intérêt, après avoir appliqué un réglage personnalisé à une image - surtout si plusieurs images ont des caractéristiques proches - à utiliser la loupe pour regarder l'effet de la réduction du bruit avant de lancer le batch.
 


 


 

Comme le réducteur de bruit, le volet "netteté" peut avoir des effets trop importants selon l'usage souhaité. Le "manque de piqué" est un réglage de base qui égalise la netteté de l'image en tenant compte de l'optique utilisée. L'USM (unsharp mask) applique une accentuation selon les critères traditionnels à toute l'image. En règle générale, j'estime que la correction du manque de piqué est suffisante et je n'actionne quasiment jamais l'USM lors d'un traitement en batch. Sur une image particulière par contre, et en s'aidant de la loupe, on peut avantageusement se servir de cette commande.
 
 


 

Le logiciel DXO ne modifie jamais les images d'origine et on peut choisir librement les options de sortie. Trois formats sont disponibles: JPEG, TIFF (en 8 bits ou 16 bits) et DNG, le "Raw" d'Adobe pour correction éventuelle dans Photoshop. Gràce au menu "Options" dans la barre de commande principale du logiciel, on peut affecter une fois pour toutes un format de sortie par défaut à ses images. Mais en mode expert on peut, bien entendu, sélectionner le JPEG pour certaines images du batch, et TIFF pour d'autres.
 
 

Une fois que chaque image a ses réglages personnalisés, ou que le réglage d'une image est appliqué à tout le lot, on lance le batch par la commande "Workflow...démarrer".
 

La fenêtre principale du logiciel s'efface et une fenêtre nouvelle indique la progression des traitements.
 


 

...en moyenne, le traitement (sur une machine puissante, - mesures effectuées avec un ordinateur portable équipé d'un Centrino de 1,6 Mghz et d'un Go de RAM-, le traitement complet de chaque image durera de 45 secondes à 1 minute. L'estimation initiale ci-dessus est un peu optimiste ! Une fois le traitement terminé, on peut reprendre la main dans le logiciel, visionner les images ou préparer un autre batch de traitement.
 


 
 

Les fichiers d'origine peuvent donc être automatiquement ouverts, retraités - selon les modules d'optiques disponibles - pour corriger les défauts optiques, améliorés en ce qui concerne la récupération des hautes lumières, l'aberration chromatique et les franges colorées, l'équilibre entre les ombres et les lumières, le bruit numérique, l'accentuation...puis faire l'objet d'une nouvelle copie au format JPG, TIFF, ou DNG...alors que l'original restera toujours intact.


Exemples de traitement DXO Optics Pro
 

La prise de vue originale est un JPEG de Nikon D70, avec le zoom de kit 18-70 DX, à 18 mm et pleine ouverture. Ci-dessous, la vue corrigée: le vignetage et la distorsion sont supprimés.
 



 

La prise de vue originale est un RAW  de Nikon D200, avec le zoom 12-24 DX à la focale de 12 mm. Ci-dessus, une conversion par Nikon capture 4.4, en mode automatique (batch).  Ci-dessous, la vue corrigée par DXO: le vignetage et la distorsion sont supprimés.
 
 



 


 

La prise de vue originale est un RAW  de Nikon D70, avec le zoom de kit 18-70 DX à la focale de 18 mm. Ci-dessus, une conversion par Nikon capture 4.4, en mode automatique (batch).  Ci-dessous, la vue corrigée par DXO: le vignetage et la distorsion sont supprimés, et la récupération automatique des blancs "grillés"  est très efficace, comme on peut le voir sur le panneau publicitaire placé sur le toit de la voiture.
 



 


 

La prise de vue originale est un RAW  de Nikon D70, avec le zoom de kit 18-70 DX à la focale de 18 mm, à pleine ouverture et à une sensibilité de 1600 ISO. Ci-dessus, une conversion par Nikon capture 4.4, en mode automatique (batch).  Ci-dessous, la vue corrigée par DXO: le contraste et les couleurs sont plus intenses et le traitement anti-bruit efficace, bien que je trouve l'aspect des façades un peu trop lissé. On aura intérêt - si l'on aime l'aspect "grain" sur les tirages - à ajuster une moidre réduction du bruit en mode expert.
 
 
 



 

La prise de vue originale est un RAW  de Nikon D70, avec le zoom 12-24 DX à la focale de 14 mm. La prise de vue d'origine (convertie en batch sans correction) est à la fois un peu bouchée...et grillée dans certaines zones de ciel. Ci-dessous, la vue corrigée par DXO: le DXO ligthing a été très efficace, et les nuages ont repris beaucoup de matière.
 



 


 

La prise de vue originale est un RAW  de Nikon D70, avec le zoom 17-55 DX à la focale de 17 mm. La prise de vue d'origine (convertie en batch sans correction) présente à droite et en haut des hautes lumières dégradées qui nécessiteraient une correction sous Nikon capture pour rétablir l'équilibre. Ci-dessous, malgré un contraste un peu excessif à mon goût, DXO a rétabli automatiquement les hautes lumières dans le ciel et sur le mur.
 
 


 


Même si beaucoups de réglages de DXO Optics Pro sont accesibles en combinant plusieurs logiciels et en traitant chaque vue séparèment, le gros atout du produit est de pouvoir corriger par lot de grandes quantités d'images, en reconnaissant automatiquement la correction à apporter selon le modèle du boitier et de l'objectif employé, dès lors qu'il est supporté par DXO. On peut ainsi mélanger dans un batch toutes les images d'une journée de prise de vue ! Si un objectif ne dispose pas de module (distorsion, vignetage, aberration chromatique) les autres corrections agiront quand même (par exemple, ligthing et récupération des blancs en RAW). De même on peut mélanger RAW et JPG... J'utilise DXO le plus souvent en deux temps : j'ai créé un set assez "doux" ( dxo ligthing léger, par exemple) que j'ai sauvegardé comme réglage par défaut pour le traitement automatique. Après un premier batch en mode automatique, les images qui ne donnent pas entièrement satisfaction seront reprises en mode expert pour l'ajustement final.

Il est à noter que vous pouvez vous faire une idée des caractéristiques du logiciel directement, car des versions  d'essai sont disponibles    gratuitement en téléchargement, avec une validité limitée et un seul couple objectif-boitier à la fois.
 
 

REPRODUCTION INTERDITE - COPYRIGHT



 
 

retour à l'index test numérique
 

retour à l'index général
 

copyright www.pictchallenge.com



 
 
 
 

toujours disponible le livre de JMS 
et des correspondants PICTCHALLENGE

"Tout photographier en numérique", ouvrage rédigé par Jean-Marie Sepulchre (JMS), créateur des sites "Pictchallenge", présente en une trentaine de chapitres sur près de 300 pages  et 800 photos tous les sujets courants explorés avec des appareils photographiques numériques...du compact au D2x ! De nombreux invités ou correspondants de Pictchallenge ont participé au projet en mettant en images leur sujet de prédilection. Des chapitres techniques présentent les bases du réglage et du post-traitement.Disponible dans toutes les librairies et sur les sites de vente en ligne (Fnac, Amazon, Alapage, Chapitre...)...ainsi que directement auprès de l'éditeur. Prix conseillé : 29 euros. 

cliquez sur l'image ! 

Chez le même éditeur, vous apprécierez aussi, à destination des débutants, "Apprendre à photographier en numérique" (12 euros) et "Photographier avec son téléphone" (9,90 euros).