NUMERIQUE

Logiciel DXO Optics Pro
version 4
(version finale = 4.5)









La nouvelle version 4 du célèbre logiciel DXO Optics Pro  d’amélioration automatique d’image a changé en profondeur son ergonomie, dispose de  fonctions de traitement couleur améliorées, de nouvelles corrections optiques, ainsi qu’une augmentation de la vitesse de traitement. il est désormais disponible à la fois en solution complète et sous forme de plug-in Adobe Photoshop.

Il comporte un nouvel outil unique de balance des couleurs multi-point prévu pour faciliter et optimiser l'équilibrage des couleurs en fonction de la scène, et de nouvelles fonctions de rendus et modes couleur offrant de multiples solutions en matière de rendu des couleurs et de traitement des images. Il est possible notamment d'appliquer le profil de rendu des couleurs d'un appareil photo, aux images prises avec un autre appareil.

Le moteur de traitement DxO Optics, base d'origine rouage essentiel du logiciel DxO Optics Pro, en est à sa troisième version et étend ses capacités grâce à ses paramètres d'ajustement de l'horizon (rotation) et de correction de la perspective ainsi que par sa nouvelle fonction exclusive de correction de l’Anamorphose de volume. La correction d’Anamorphose de volume et une première qui permet de rétablir automatiquement les proportions des objets en trois dimensions déformés par les prises de vue en grand angle. L'effet obtenu est particulièrement spectaculaire pour les portraits et sujets humains. Comme pour les versions précédentes, le moteur DxO Optics assure la correction automatique des distorsions liées aux objectifs, du vignettage, du manque de piqué et des aberrations chromatiques, sans oublier le phénomène de franges pourpres.
 

PICTCHALLENGE  a déjà eu d'annoncer en 2004 d'annoncer la sortie du produit  et de présenter cette année un essai de la version 3.5.5 b, le présent essai actualise et complète cette présentation. Alors qu'à l'origine le système était assez onéreux, car il fallait acquérir séparèment les modules des boîtiers et des optiques, il est livré "complet" depuis la version 3 : il existe un produit destiné à la correction des bridges (version "Starter"), un produit pour les reflex numériques ("Standard") et un pour les reflex professionnels ("Elite"). Mais le possesseur de la version Elite a accès à tous les modules des reflex amateur et aux bridges, et le possesseur de la verions standard peut aussi profiter des modules de bridge. De nouveaux modules de boitiers et d'optiques sont mis en ligne régulièrement...on peut cependant regretter que certains objectifs très réputés, encore utlisés par les pros et les experts, ne fassent pas encore l'objet de modules de correction.

Le logiciel a reçu, en avril 2006, la prestigieuse récompense du prix "TIPA", décerné par la presse photographique européenne. Un seul logiciel est primé chaque année...



 
 

Principe du logiciel :

Les fichiers d'origine peuvent être automatiquement ouverts, retraités - selon les modules d'optiques disponibles - pour corriger les défauts optiques, améliorés en ce qui concerne la récupération des hautes lumières, l'aberration chromatique et les franges colorées, l'équilibre entre les ombres et les lumières, le bruit numérique, l'accentuation...puis faire l'objet d'une nouvelle copie au format JPG, TIFF, ou DNG...alors que l'original restera toujours intact.

Pour bénéficier de la totalité des corrections qui sont possibles il faut avoir chargé sur son ordinateur - via une liaison internet - les modules correspondants à vos boitiers et optiques. La licence donne droit à tous les modules de la version du logiciel. Ainsi, pour un Canon Eos 30D ou un Nikon D200, il convient d'acquérir la version "standard"...pour un Eos 5D ou un Nikon D2x, il faut la version "Elite". Mais dans ce dernier cas, la licence permet aussi d'utiliser les fichiers du Nikon D50...ou d'un bridge Konica-Minolta.

Toutes les images peuvent être traitées simultanèment: si le module d'optique manque, et que le module du boiter existe, tous les traitement s pourront être effectués sauf les corrections d'optiques. Il faut quand même noter que le gros apport de DXO dans le monde des logiciels de correction d'image a été d'automatiser ces corrections optiques...l'intérêt du produit faiblit si ces modules ne sont pas disponibles.

Une liste des modules disponibles pour correction DXO est régulièrement tenue à jour sur le site du constructeur. Tout client peut signaler par mel la liste des optiques qui, à son sens, mériteraient un module DXO !  En ce qui me concerne, j'estime que la priorité, en ce qui concerne les corrections optiques, est aux zooms et aux grands angles. Cependant, j'ai aussi constaté de sérieuses améliorations en piqué et en vignetage pour des optique fixes de haute luminosité, comme le montre l'exemple qui conclut cette chronique !
 
 



 

Utilisation du logiciel :







Lors de la première utilisation, vous avez le choix entre trois modes: automatique, avancé ou expert. On peut bien entendu utlliser la fenêtre "assistant" et choisir son mode pour toute utilisation du logiciel ! Le mode automatique ne nécessite aucun réglage...mais à partir du mode expert on peut sélectionner un profil  ou plusieurs profils ("preset") qui seront ensuite utlisés pour les traitements. En ce qui me concerne, j'active la récupération des blancs "grillés" en RAW à un niveau moyen mais j'utilise un éclaircissement des ombres légers, et j'ai enregistré ce profil comme "medium" pour mon usage personnel. Le mode avancé est presque indentique au mode expert, mais avec moins de commandes...je n'en vois toujours pas l'intérêt...ainsi que je l'avais déjà indiqué lors de l'essai de la version 3. Aussi, ci-dessous, ais-je détaillé les commandes du mode expert seulement !
 


 

La version 4 fonctionne en mode "projet", on peut donner un nom à chaque batch selon les caractéristiques du traitement souhaité. En pratique pour ouvrir une nouvelle session on clique sur "nouveau projet".
 
 








Une fois le logiciel configuré, il faut charger un lot d'image à corriger. La commande "ajouter des images" ouvre une palette flottante qui permet d'ouvrir un dossier et de sélectionner les images à corriger (ici, surlignées de bleu). On peut mélanger les JPG et les RAW, mais aussi les images issues d'appareils différents, si on en possède les modules. On verra que pour faire des traitements variés dans un seul projet, on peut charger certains fichiers avec un preset, d'autres avec un autre preset, puis appliquer des ajustements individuels à certains fichiers par rapport au profil du preset.
 
 





Jusqu'à la version 3, une fenêtre séparée s'ouvrait pour choisir les images à traiter. Désormais on verra comme ci-dessus un "ascenceur" permettant d'explorer les dossiers des disques à gauche, et la liste des images à sélectionner à droite. Si l'on souhaite traiter tout le dossier cet affichage texte ultra rapide suffit. Si l'on veut trier les images à traiter on activera, comme ci-dessous, l'affichage des vignettes.
 
 

Une fois tout ou partie des images choisies, on clique sur "ajouter des images" qui sélectionne le traitement 100% automatique , ou ajouter des "images + paramètres rapides" qui permet de sélectionner un preset personnalisé pour le lot d'images. Ici j'ai choisi "medium" car j'ai toujours trouvé un peu trop "brillant" le preset par défaut du logiciel. Pour vous faire votre propre idée, la meilleure solution est d'essayer les principaux presets présents à l'installation du logiciel avec un petit lot significatif d'images, puis de choisir ceux qui vous plaisent le plus. Mais en ce qui me concerne je n'hésite pas à en créer de nouveaux...une bonne vingtaine sur mon ordinateur dédié au traitement d'images !
 
 





On peut choisir de traiter ensemble un lot d'images en portrait, d'autres en paysage, un troisème lot en noir et blanc, ce qui équivaut en fait à mettre plusieurs batchs dans un même projet. Mais il faut se souvenir quel profil on a affecté à chaque image si on veut éviter de s'embrouiller. Choisir sur les vignettes est alors plus intuitif que choisir dans la liste !

Pour voir l'effet du traitement - car une fois les images chargées on peut personnaliser la correction de chaque image, ou lui affecter un preset particulier - on clique sur une image du lot qui figure en bas de l'écran dans une visionneuse, et on sélectionne l'onglet "Améliorer". L'image s'affiche au centre et toutes les commandes disponibles s'inscrivent dans un ascenceur à droite. On peut naviguer librement en ouvrant chaque onglet, et les corrections ne sont pas hierarchisées. On peut ainsi commencer par la couleur (en bas des corrections) et terminer par les corrections optiques (en haut), ou le contraire.

Avec un RAW, tous les commandes sont disponibles. Les options sont plus limitées en JPG notamment pour la colorimétrie avancée et la correction des hautes lumières.
 


 

Ci-dessous, on a affiché à la fois l'histogramme et la loupe pour regarder les détails du vitrail.
 
 


 
 
 



Réglages expert

 Ci-dessous, le traitement optique est le coeur même du logiciel. Ici, on peut voir qu'il est possible d'ajuster la correction de distorsion - 1.00 est l'option par défaut selon le module optique, mais on peut choisir de garder un très léger effet grand angle dans certain cas, et la commande "image maxi" permet de perdre le moins possible de la scène au cours de la correction. Cette option a cependant pour inconvénient de modifier la taille du fichier (par exemple, sur un D200, on peut passer de 3872 pixels de larges à 3950) et je ne l'active que si j'ai cadré "très serré" à l'origine. La correction des franges et aberrations chromatiques est très puissante en mode automatique, à mon sens il faut toujours activer ce contrôle ainsi que la suppression des franges violettes. Pour le vignetage, on pourra moduler l'intensité de la correction si l'on souhaite fermer l'image en gardant des coins un peu plus sombres.  Mais dans ce cas il est préférable d'ajuster la puissance image par image. En ce qui me concerne je laisse ces contrôles en automatique.
 


 

Il existe deux contrôles de la netteté. L'optimisation du piqué est calculée par le logiciel selon le modèle du boîtier et le module d'objectif, notamment pour améliorer l'homogénéité du piqué centre et bord. Sur certaines optiques, il y a un risque d'accentuer un peu trop, on peut diminuer la puissance de la correction en choisissant un piqué moins fort (j'ai choisi -0.50 dans mon réglage médium). Par défaut (voir ci dessous l'exemple sur une optique ouverte à 1.4) le réglage est à 1.00. Le masque de netteté est un système d'accentuation classique et très efficace, on le paramétrera avec efficacité en visualisant l'image à 100%.   J'ai créé des presets "net" ou "plus net" comme sous Photoshop en activant ce masque de netteté avec des grades différents.
 
 





J'avoue franchement n'être pas un partisan farouche du "DXO Noise" le moteur exclusif de réduction du bruit. Par défaut il est activé en automatique, mais surmes profils personnels je le désactive pour les vues en faible sensibilité (de 100 à 400 ISO, par exemple) et n'aimant pas trop le lissage en haute sensibilité j'ai tendance soit à configurer des profils manuels selon le type d'image (par exemple, 1600 incandescent), soit confier la finition "bruit" à Noise Ninja. J'ai cependant obtenu de bons résultats par défaut à 800 ISO avec un D200, mais il vaut mieux ajuster avec finesse à 3200 ISO ! C'est d'ailleurs le même cas avec Nikon NX, les réglages par défaut sont parfois trop généraux pour convenir à tout type de prise de vue.
 
 


Autant le réglage du réducteur de bruit mérite d'être peaufiné, autant celui de la balance des blancs et de l'exposition est d'une efficacité rare en mode automatique. On pourra personnaliser la température de couleur, les variations de teinte, l'exposition  mais surtout la récupération des hautes lumières qui peuvent avoir été grillées. Sur des vues très contrastées avec des zones claires le système est vraiment très efficace, et on peut sans danger sélectionner "moyen" pour un preset "medium". On peut regretter par contre, alors que cette fonction est vraiment très puissante sans aucune intervention manuelle, qu'en "tout automatique" aucune récupération des hautes lumières ne soit programmée sans intervention image par image. Le choix d'une récupération "légère" pour tous les RAW n'entraînerait pas d'inconvénient majeur sur le rendu des photos, alors même que par défaut les ombres sont récupérées de façon moyenne par le DXO Ligthing.
 
 

Le nouveau module DXO Color présente des options très avancées que vous découvrirez certainement progressivement ! Une importante novation consiste à pourvoir affecter à un lot d'image prises avec des appareils différents un même rendu, par exemple "Canon" ou "Nikon"...et mieux encore d'affecteur aux clichés numériques des teintes "argentiques" comme Velvia ou Kodachrome...et ce n'est sans doute qu'un début prometteur ! Je conseille de faire des essais sur quelques images caractéristiques pour choisir le rendu optimal selon vos préférences.
 
 



On verra dans l'essai de la version 4.1 qui intègre le module "film pack" que l'on peut choisir des profils de film argentique. Les réglages avancés permettent de peaufiner le contraste, la saturation, et les rendus spéciaux pour les couleurs, comme par exemple "paysage. On peut bien entendu coupler un réglage "Velvia" avec un profil spécial "    paysage".
 
 
 

Le DXO Lighting permet non seulement d'éclaircir automatiquement les ombres - son dosage est "moyen" par défaut - mais aussi d'ajuster très finement le point noir et le point blanc et de jouer sur le dosage des ombres et des lumières. Il est nécessaire de faire quelques essais sur les photos délicates à retoucher, et la possibilité qu'offre DXO d'ajuster finement un ou plusieurs réglages image par image sans abandonner la logique des batch est un point important pour les perfectionnistes.
 
 
 


 



 
 

Utilisation des presets





Tous les réglages particuliers et leurs combinaisons avancées peuvent être mémorisées dans les presets pour permettre d'enrichir les réglages de base qui figurent d"jà dans le logiciel. Un petit effort est demandé à DXO: traduisez les noms de presets en français, s'il vous plaît !
 
 


 
 

Une fois que l'on a trouvé un réglage plaisant pour une image et que l'on pense pouvoir le transposer à toute une série, on va donner un nom à ce jeu de réglage et l'enregistrer dans les presets: ici j'ai conservé un réglage "forêt d'automne" donnant la priorité aux couleurs douces. Ensuite on pourra sélectionner ce preset pour un répertoire contenant des images auxquelles on souhaite donner une unité de "rendu".
 


 



Comme indiqué plus haut,  on peut tourner le fait que DXO ne gère pas le multi batch (stocker plusieurs projets à la suite et lancer le traitement la nuit) en mettant dans le même projet plusieurs lots d'image chacun associé à un preset.
 
 
 



 
 

Modification de la perspective

DXO Optics 4 intègre un outil très pratique de redressement de la perspective, selon les deux axes et avec visualisation immédiate. Un correction d'anamorphose des bords, nouveauté très prometteuse, permet de modifier les déformations sur les bords, notamment pour les personnages photographiés au grand angle. La comparaison des images "avant" et après est très utile pour ces fonctions.
 
 


 
 
 


 
 


 
 

Ci-dessus on voit qu'après redressement on recadre l'image car elle s'est naturellement déformée en trapèze. On aura souvent intérêt à cadrer au plus près même si l'on sort des formats 3/2 ou 4/3 conventionnels.

On peut associer le traitement des perspectives au traitement de l'anamorphose, nouveauté de la version 4. L'anamorphose est à corriger quand, du fait des grands angles, un personnage situé près du bord de l'image semble, hors toute vraisemblance, plus large qu'un personnage situé près du centre de l'image. La correction d'anamorphose sphérique est calculée par défaut mais ajustable, mais on peut aussi procéder à des réglages à vue sur les axes horizontaux et verticaux.


 
 



 
 

Traitement batch




Une fois un lot d'images affecté d'un preset, ou plusieurs lots d'un seul et même projet affectés chacun d'un preset, voire même chaque image corrigée ou ajustée pour tout ou partie des réglages, le logiciel a en mémire toutes les modifications demandées. On peut lancer le traitement par lot en spécifiant le dossier de destination, le suffixe de classement des images, et les formats de sortie. Il est possible de créer à la fois un TIFF, DNG et JPG selon la destination sans être obligé de refaire un batch par format de sortie. On donne un nom au projet pour le retrouver dans ses archives ultérieurement.
 
 


 
 



 
 


 
 

Pendant le traitement chaque vignette en cours apparaît, ainsi qu'une barre de progression. En pratique, sur un ordinateur récent, et selon le nombre de réglages sélectionnés, le traitement pourra durer de 30 secondes à 1 minute par image.
 



 
 

Efficacité des corrections optiques





Les exemples de traitement déjà publiés lors de l'essai de la version 3.55 restent d'actualité, et plutôt que de recopier de nouveaux exemples de vues dont la distorsion est redressée, j'ai utilisé une optique en test et mesuré l'effet des corrections. Des vues "sur briques" permettent ensuite de visualiser le style de correction appliqué en "tout automatique" par DXO  à partir de fichiers de Nikon D200.
 
 

Essai avec le Sigma 30 1.4
 
 





Ci-dessus, les mesures de piqué des fichiers de base, ci-dessous après correction par DXO Optics 4.  Si le piqué au centre n'est pas modifié de façon très spectaculaire, on observe que la fonction d'égalisation du piqué centre/bords est très interessante pour un usage en paysage: la courbe montre bien que les écarts de netteté s'amenuisent après traitement, et que la zone d'excellence vert vif gagne du terrain aux ouvertures moyennes.
 
 





Le Sigma 30 f/1.4 ne souffre pas de distorsion trop gênante en pratique , mais le chiffre de 0,55% êit être jugé excessif pour une focal fixe. Après traitement la disrtorsion diminue de façon considérable, passant à 0,05% seulement.
 
 

avant 0.55
après 0.05

L'aberration chromatique, dont on voit la cartographie ci-dessous, est divisée par deux à pleine ouverture, par quatre à f/5.6 et par six à f/16. Elle passe de gênante (un ligne de 2 pixels sera visible en format A3, faisant près de 2/10 de millimètre sur le tirage) à quasi imperceptible.
 
 

 base f/1.4 = 1.6 pixel
 base f/5.6 = 2 pixels
base f/16 =1.8 pixel 
 dxo f/1.4 =0.8 pixel
 dxo f/5.6 = 0.4 pixel
 dxo f/16 = 0.3 pixel

 

Sur une vue urbaine, on peut visualiser l'effet de DXO sur le vignetage, la distorsion et le piqué.
 
 
 

base f/1.4 
dxo f/1.4
base f/1.4 centre
dxo f/1.4 centre
base f/1.4 bord
dxo f/1.4 bord
base f/8 centre
dxo f/8 centre
base f/8 bord
dxo f/8 bord

 


Même si beaucoups de réglages de DXO Optics Pro sont accesibles en combinant plusieurs logiciels et en traitant chaque vue séparèment, le gros atout du produit est de pouvoir corriger par lot de grandes quantités d'images, en reconnaissant automatiquement la correction à apporter selon le modèle du boitier et de l'objectif employé, dès lors qu'il est supporté par DXO. On peut ainsi mélanger dans un batch toutes les images d'une journée de prise de vue ! Si un objectif ne dispose pas de module (distorsion, vignetage, aberration chromatique) les autres corrections agiront quand même (par exemple, ligthing et récupération des blancs en RAW). De même on peut mélanger RAW et JPG... pour sortir ensuite de chaque image un TIFF d'archive et un JPG pour le web, en une seule passe ! Vous pouvez essayer directement et gratuitement le logiciel par les  téléchargements d'essai
 
 

REPRODUCTION INTERDITE - COPYRIGHT


suite: Film Pack DXO version 4.1

retour à l'index test numérique
 

retour à l'index général
 

copyright www.pictchallenge.com



 
 
 
 
 

toujours disponible le livre de JMS 
et des correspondants PICTCHALLENGE

"Tout photographier en numérique", ouvrage rédigé par Jean-Marie Sepulchre (JMS), créateur des sites "Pictchallenge", présente en une trentaine de chapitres sur près de 300 pages  et 800 photos tous les sujets courants explorés avec des appareils photographiques numériques...du compact au D2x ! De nombreux invités ou correspondants de Pictchallenge ont participé au projet en mettant en images leur sujet de prédilection. Des chapitres techniques présentent les bases du réglage et du post-traitement.Disponible dans toutes les librairies et sur les sites de vente en ligne (Fnac, Amazon, Alapage, Chapitre...)...ainsi que directement auprès de l'éditeur. Prix conseillé : 29 euros. 

cliquez sur l'image ! 

Chez le même éditeur, vous apprécierez aussi, à destination des débutants, "Apprendre à photographier en numérique" (12 euros) et "Photographier avec son téléphone" (9,90 euros). 

 


 
Pour le prêt de matériel tous nos remerciements au magasin

La boutique Nikon 
 

191 rue de Courcelles 75017 PARIS
01 42 27 13 50



 



Sites associés par partenariat :


Photo-Pyramide
Forum critique photos, conseils techniques, argentique, numérique...

DETONPHOTO
Technique photo, conseils, galeries