NUMERIQUE
 

Nikon D3

La révolution culturelle ?
 






La présentation fin août du Nikon D3 représente pour Nikon une sorte de remise en cause, parce que le constructeur avait bâti depuis 7 ans toute sa stratégie sur la promotion d'un format de capteur "DX" (environ 16 x 24 mm) qui a débuté sa carrière avecx 2,7 Mpix (déjà suffisant pour la presse quotidienne et pour de beaux A4...mais j'en ai tiré jusqu'en ...A 2 !), pour ensuite atteindre 5,4 Mpix sur le D1x, 6 Mpix sur les D100, D70, D50 et D40, 10 Mpix sur les D200, D80 et D40x, et enfin 12 Mpix sur les D2x et le nouveau D300. Mais avec une taille de photosites de 5,4 microns de côté, nécessitant en théorie (résolution optique du capteur) des optiques capables de séparer 90 paires de lignes au mm, n'a-t-on pas atteint certaines limites ?

Du côté de la haute sensibilité le concurrent Canon faisait la course en tête notamment depuis la sortie du 12 Mpix de format 24 x 36, l'EOS 5D, qui permettait de sortir directement de beaux JPG à 1.600 ISO, et même des clichés parfaitement exploitables en presse à 3.200 ISO. A ces sensibilités, les 10 et 12 Mpix Nikon étaient bien à la peine, et les photographes devaient recourir à des traitements RAW  parfois longs et complexes (voir par exemple Essai Nikon D200 à 3200 ISO  dans nos pages ) pour tirer le maximum de leurs clichés.

Le grand public croit trop facilement que le format amateur est le JPG, et que le format pro est le RAW. Or ceci n'est pas vraiment exact: beaucoup d'amateurs experts travaillent en priorité en RAW, alors que maints professionnels tenus par les délais (sport, presse, mais aussi mariages et photographie sociale) choississent le JPG pour son exploitation directe. Certes, Nikon avait sorti un boîtier presse haute sensibilité, le D2h de 4 Mpix, mais même la version D2hs n'a pas répondu à toutes les attentes placés en lui pour le rendement en hauts ISO: là aussi, il valait mieux travailler sur des RAW exposés "aux petits oignons", c'est à dire juste avant d'écrèter les hautes lumières (ce qui empêche le bruit de trop marquer les ombres). Bien que la série D2h, doté d'un capteur qui privilégie le piqué, ait toujours pu sortir des A3 de haute qualité en basse sensibilité, il était jugé trop peu défini pour un usage vraiment universel.

La sortie du D3, boîtier 12 Mpix de haute sensibilité - 6400 ISO avant boost des positions H-, exploitable en JPG de haute qualité et en haute vitesse pour la presse (rafales à 9 images seconde !), est donc une véritable révolution culturelle car Nikon a pour la première fois adopté un capteur 24 x 36 (le format a été baptisé FX) dans un appareil multi-format qui permet de continuer à utiliser les optiques DX des appareils précédents sous réserve d'un recadrage.

Ce point est déjà critiqué dans les forums, au motif que le recadrage automatique en DX (l'appareil reconnaît les optiques) d'un 12 Mpix FX n'est que de 5 Mpix ! Certes, l'utilisateur d'un D2hs y gagnera à tout point de vue, mais celui qui était habitué aux photos de sport au D200 ou D2x pleurera la résolution perdue ! C'est certainement à eux que Nikon a pensé avec la commercialisation simultanée d'un D300 doté de tous les perfectionnements du D3 (nouvel autofocus, visée directe sur l'écran arrière -live view -, cadence sport de 8 i/s en 12 Mpix)...mais avec un capteur DX qui sera sans doute moins performant en hauts ISO, du fait de la taille plus réduite des photosites.

On évoque déjà, dès lors que Nikon a sorti un 24 x 36 de 12 Mpix en même temps que Canon annonçait un ...21 Mpix, la possibilité d'un futur modèle doté d'une plus haute résolution. La calcul théorique est facile: si un capteur 24 x 36 avait la densité de photosites d'un D200, ce serait un 24 Mpix. Avec celle d'un D2x/D300...il offrirait une résolution de 28 millions de pixels ! Mais qui a besoin d'une telle résolution, et les optiques suivraient elles ?

Le compromis adopté présente une résolution suffisante pour la plupart des travaux et autorise une très bonne qualité des hautes sensibilités...ce qui devient (hélas) de plus en plus le seul critère pour hiérarchiser les appareils. Or tout le monde n'a pas besoin de travailler à 10.000 ISO, beaucoup d'images s'accommoderont, comme jadis, de 400 ISO ! La résolution de 12 Mpix est raisonnable: au delà de l'apparence d'un appareil limité au format A3 à 254 dpi, la réalité de la vision humaine fait qu'il est délicat même pour un oeil aiguisé de discerner des détails de 1/5 ème de millimètre à 60 cm de distance...c'est justement la résolution possible (environ 125 dpi) pour un A2 de haute qualité ! En pratique un numérique de 12 Mpix est équivalent, en matière de netteté des détails, à un 4.5 x 6 argentique en diapositive.
 
 
 


 

La forme générale et la disposition des commandes est très similaire à celle d'un D2x. Seul le prisme est plus large.
 
 
 

 

Au dos de l'appareil on note le grand écran (3 pouces, 920.000 pixels, résolution VGA)
et la simplification des commandes autofocus (touche centrale de confirmation au centre du pad)

 
 
 

Les expériences des précurseurs (depuis la KIna 2002 Canon, mais aussi Kodak en monture Nikon) l'ont montré, l'avantage du capteur 24 x 36 est intéressant en grand angle, si les optiques suivent. Il y a eu quelques désagréments à utiliser certains zooms dont le piqué s'effondrait dans les angles, alors que le vignetage galopait ! Nikon a présenté avec le D3 deux nouveaux zooms spécialement conçus pour le numérique FX, même si leurs performances sont aussi très élevées en argentique et en numérique DX. Les 14-24 et 24-70 f/2.8 seront utilisés à cette focale en 24 x 36, et donneront l'équivalent de 21-36 et 36-105 mm en DX.

Tout le monde attend au coin du bois le 14-24 mm f/2.8, qui est une première mondiale pour ce range et cette ouverture, tant les craintes sur le piqué dans les angles et le vignetage sont importantes. Bien que je n'ai pas encore pu mener un vrai test avec le D3, les prises de vues ci-dessous montrent qu'à pleine ouverture aucun défaut criant de délitement du piqué dans les angles, de vignetage ou de distorsion ne saute aux yeux.
 

Zoom 14-24 mm f/2.8. Ci dessus, 14 mm à pleine ouverture. Ci dessous, même configuration à 24 mm...dans les deux cas la mise au point est faite sur le colluimateur central, donc loin du premier plan de gauche qui est naturellement moins net, mais pas abîmé par des aberrations chromatiques.


 
 

Le 24-70 mm qui permet la mise au point rapprochée (38 cm) a été utilisé en gros plan ce qui a permis de d'évaluer  le comportement de l'appareil en ISO élevés. (photos Patrick Boussuge)
 


 

Ci-dessus vue d'ensemble à 2.500 ISO réduction du bruit normale
 


 

Crop 1.600 ISO réduction du bruit désactivée
 


 

Crop 2.500 ISO réduction du bruit normale
 


 

Crop 6.400 ISO réduction du bruit normale

On se gardera de conclusions trop rapides dans la mesure où les D3 disponibles actuellement dans les salons sont des versions prototypes dépourvus de firmware définitifs. Mais ces modèles ont déjà été mis "en production" lors de compétitions sportives, et les images diffusées dans les agences. Tous les professionnels qui l'ont utilisé confirment que les images produites à 6.400 ISO sont totalement exploitables.

 Au cours du Salon de la photo de Paris des centaines de photographes ont pu prendre en main ces Nikon D3 "sample" et "passer une carte" pour se faire une idée. J'ai pu faire des images avec plusieurs exemplaires du boîtier et dans des conditions de lumière délicate d'un salon (lumière artificielle) me faire une première idée des capacités de l'appareil en hauts ISO et en conditions de reportage, c'est à dire en JPG Fine que l'on peut envoyer directement à son journal. J'ai aussi procédé à des premièrs essais en RAW, mais le logiciel Nikon Capture NX ne comporte pas encore de mise à jour pour les exploiter. Le logiciel Nikon View NX permet de les convertir, mais sans aucun réglage en matière de réduction du bruit...nous reviendrons donc sur les fichiers NEF ultérieurement !
 

Sommaire du dossier :
 

 Nikon D3 de 800 à 25600 ISO netteté normale réduction de bruit désactivée

 Nikon D3 réglage "dur" de 800 à 25600 ISO réduction du bruit désactivée

 Nikon D3 netteté élevée variation de réduction du bruit
 
 

REPRODUCTION INTERDITE - COPYRIGHT



 
 

retour à l'index test numérique
 

retour à l'index général
 

copyright www.pictchallenge.com



 
 
 
 
 
 
 

toujours disponible le livre de JMS 
et des correspondants PICTCHALLENGE

"Tout photographier en numérique", ouvrage rédigé par Jean-Marie Sepulchre (JMS), créateur des sites "Pictchallenge", présente en une trentaine de chapitres sur près de 300 pages  et 800 photos tous les sujets courants explorés avec des appareils photographiques numériques...du compact au D2x ! De nombreux invités ou correspondants de Pictchallenge ont participé au projet en mettant en images leur sujet de prédilection. Des chapitres techniques présentent les bases du réglage et du post-traitement.Disponible dans toutes les librairies et sur les sites de vente en ligne (Fnac, Amazon, Alapage, Chapitre...)...ainsi que directement auprès de l'éditeur. Prix conseillé : 29 euros. 

cliquez sur l'image ! 

Chez le même éditeur, vous apprécierez aussi, à destination des débutants, "Apprendre à photographier en numérique" (12 euros) et "Photographier avec son téléphone" (9,90 euros).